Il était une fois, en cours élémentaire, au pays des fables, un corbeau perché sur un arbre auquel "Maître Renard" vint le complaire afin de lui soudoyer son met alléchant. Ici, la morale ne sera pas, ô combien fort intéressante sur la condition humaine, mais sur le devenir de ma patte maladroite avec un crayon gris. 
Je dois remercier ce renard au pelage roux pour, non pas m'avoir guidée à apprendre par coeur ce recueil, mais à apprendre à dessiner. Cependant pas sur l'instant, car ce fut ma mère qui le dessina (et oui, fantastique dessinatrice) sur la page blanche du cahier de poésies, celle dédiée aux illustrations enfantines. Le lendemain, en classe, avec fierté, je montre mon renard - enfin, celui de ma mère - à la maîtresse. Ô surprise ! Elle fit semblant de croire que je l'avais dessiné m'encourageant à illustrer les prochaines poésies avec autant de... talent ! Le problème, c'est que je n'en avais pas vraiment... à savoir qu'il y a peu... je gribouillais encore des traits de toutes couleurs en tous sens ! 

Du haut de mes six ans, il allait falloir avec bravoure prouver que c'était bien moi qui savais dessiner... et non plus ma mère. Il fallait donc s'exercer.
Me voilà bien décidée : un crayon à la main, une feuille blanche devant moi ; j'étais prête !
Cependant, qu'allais-je bien pouvoir dessiner ? 
De suite, je me mettais à la recherche de quelques livres autour de moi en quête d'images. Puis, après réflexion, je pensais qu'il était plus judicieux de recopier encore et encore ce doux renard... 
La suite de l'histoire ? Après maints essais, ma main avait réussi, par force de détermination, à dessiner trait pour trait le renard de ma mère.
A ma grande surprise, j'y avais trouvé un réel plaisir. C'était comme par magie, mon crayon m'obéissait, pouvant lui demander dorénavant croquis sur croquis... 

Depuis, au fil des ans, toujours autodidacte, je me suis amusée à approfondir de nouvelles techniques comme vous pouvez le découvrir sur mon site. Quant à la photo, l'oeil se fixe sur quelques angles, le doigt appuie sur l'appareil instantanément, laissant les ombres et les lumières opérer d'elles-mêmes... purement amateur ; la peinture et la photo sont tellement indissociables !

La vie est source d'inspiration. 

 

Top